LA PART ANIMALE - 21es Journées cinématographiques

L'Écran

(Tout public)

DU MERCREDI 10 AU 30 MARS 2021

Festival dans 4 cinémas : l'Écran de St Denis, L'Espace 1789 de Saint-Ouen, Le Studio d'Aubervilliers, L'Étoiles de La Courneuve 


Depuis 20 ans, le festival Journées cinématographiques propose aux spectateurs de nombreuses projections avec des nouveautés, des films classiques, des ressorties, mais aussi des films rares ou du cinéma expérimental. Notre manifestation aborde chaque année des questions politiques et sociales à travers l’histoire du cinéma, et de nombreux cinéastes ont participé aux éditions précédentes, tels que Aki Kaurismäki, William Klein, Agnès Varda, Alejandro Jodorowsky, Jia Zhangke, Abel Ferrara, Jean-Claude Brisseau, Larry Clark, Charles Burnett, Kiyoshi Kurosawa, Patricia Mazuy...

 

Face à un contexte sanitaire incertain, et bien que nous espérions accueillir les festivaliers dans nos salles de cinéma sur des dates étendues, nous vous annonçons aujourd’hui que la 21e édition des Journées cinématographiques sera en ligne, du 10 au 30 mars 2021. 

 

Du mercredi 10 au samedi 20 mars, le festival proposera vingt films rares ou en avant-première, via la plate-forme Internet Festival Scope, gratuitement sur inscription (séances disponibles 24 heures). Des rencontres en distanciel avec les cinéastes, des critiques ou des membres de la société civile accompagneront ces séances. Tout commencera le mercredi 10 mars à 20h avec l’avant-première de Louloute (2020) de Hubert Viel, suivie d’une rencontre avec le réalisateur et l’actrice Alice Henri. 

 

Les Journées cinématographiques s’associent également à Universciné, plateforme VOD dédiée au cinéma indépendant, pour proposer quatorze films classiques sur la thématique « La Part animale ». Vous y retrouverez entre autres : Au Hasard Balthazar de Robert Bresson (1966), Koko, le gorille qui parle de Barbet Schroeder (1978), Hurlements (The Howling) de Joe Dante (1981), Docteur Jekyll et Mister Hyde de Rouben Mamoulian ou encore Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures) de Apichatpong Weerasethakul (Palme d’Or -Festival de Cannes 2010) et bien d’autres… Ces films seront à voir en ligne du 10 au 30 mars, à un tarif préférentiel (une réduction de 1€ sur le prix de location de chaque film que nous avons choisis). 

 

Nous vous proposerons également trois focus : le premier avec le cinéaste italien Michelangelo Frammartino à la suite de son film Le Quattro Volte (sur Festival Scope) et Il Dono (sur Universciné). Le second autour du documentariste suédois Arne Sucksdorff (1917-2001) en deux séances sur Festival Scope présentées par le critique de cinéma Pierre Eugène des Cahiers du Cinéma : La Grande aventure et Le Garçon dans l’arbre (précédé du court métrage Un monde divisé). Et enfin, un troisième focus consacré à la cinéaste Kelly Reichardt avec le film Wendy & Lucy (sur Festival Scope), ainsi que La Dernière Piste et Old Joy (disponibles sur Universciné).

 

Et comme chaque année, nous vous proposerons des inédits, des raretés, des conférences et des rencontres filmées et diffusées en ligne, ainsi que des évènements à suivre avec nos partenaires : la Cinémathèque française, le Théâtre Gérard Philipe (Centre Dramatique National) et la librairie Folies d'Encre (Saint Denis) qui viendront enrichir la programmation de cette édition numérique. 

 

LA PART ANIMALE

 

Les Journées cinématographiques observent le monde et ses problématiques sociétales à travers le prisme du cinéma, en abordant un nouveau thème chaque année. Intitulées La Part animale, les 21es Journées cinématographiques exploreront ce qui relie l'Homme aux animaux, ou à l’animalité. Le cinéma a très tôt capté, enregistré ce monde animal si mystérieux, fait avant tout « de silences, de dissimulations et de singularités » pour reprendre les mots de l'écrivain Jean-Christophe Bailly. Dans un contexte écologique brûlant, la coexistence entre l’humain et les différentes espèces est une problématique d'actualité et un enjeu d’avenir. Que dit le cinéma de notre rapport aux animaux sauvages ou domestiqués ? Quel regard porte-t-il sur eux et dans quelles conditions capture-t-il leur image ? Avec une dimension critique et politique, cette édition met en perspective notre capacité à penser l'animalité, et notre devenir d’humanité.

 

Plus d'information sur le site officiel du festival.