PARCOURS 2019/2020

Voici les 9 parcours La Culture et l’Art au Collège 2019/2020

 

DES NOTES ET DES IMAGES

Artiste : Marc Lebeau, musicien et compositeur

Collège : Paul Eluard, Montreuil

Le musicien et compositeur Marc Lebeau travaillera avec les collégiens sur la synchronisation de la musique à l’image. Il proposera à une classe CHAM de créer une musique originale, des bruitages et des ambiances sonores pour mettre en musique une scène du film muet The Kid de Charlie Chaplin. Cette création permettra aux élèves d’appréhender les codes du cinéma burlesque et par la création, de comprendre l’importance des thèmes musicaux dans la mise en valeur du récit d’un film, en lien avec le chef d’orchestre Mathieu Braud.

 

FANTOCHES

Artiste : Paula Ortiz, cinéaste documentariste

Collège : Georges Politzer, La Courneuve

Cet atelier de réalisation d’un film court aura pour terrain de création le parc Georges-Valbon de La Courneuve. Les élèves et la cinéaste Paula Ortiz révéleront la part fantasmatique du lieu en allant chercher les rêveries, les anachronismes et les mots qui peuplent ce jardin par différents procédés filmiques convoquant un geste de performance. Le fil rouge de l’objet filmique sera la présence des Fantoches, épouvantails fabriqués par les élèves et pensés comme des doubles d’eux-mêmes, inspirés de l’imaginaire poétique de Paul Verlaine.

 

IL ÉTAIT UNE FOIS BAMAKO

Artiste : Elodie Escarmelle, chorégraphe, et Kostia Testut, cinéaste

Collège : René Cassin, Noisy-le-Sec

Au départ de ce projet, il y a la photo Nuit de Noël de Malick Sidibé prise à Bamako en 1963. Au centre de l'image, un jeune homme et une jeune femme dansent, leurs têtes penchées l'une vers l'autre. La communion entre eux et avec la musique semble parfaite. Accompagnés de la chorégraphe Elodie Escarmelle et du réalisateur Kostia Testut, les élèves de la classe ULIS partiront de cette photo iconique pour reconstituer la scène dans un court métrage chorégraphique en faisant appel à leur imagination.

 

LA MÉMOIRE ANIMÉE DES OBJETS

Artiste : Valérie Raoult, cinéaste

Collège : Gustave Courbet, Romainville

Les élèves réaliseront avec la cinéaste Valérie Raoult un film d’animation collectif avec des collages, des matériaux de récupération et des objets issus de leur histoire personnelle. Il s’agit de valoriser la mémoire individuelle et familiale de chacun et lier chaque parcours dans une œuvre poétique sous la forme d’un cadavre exquis. L’écriture, spontanée, se rapprochera de l’écriture automatique et permettra aux élèves d’appréhender les intentions artistiques du mouvement surréaliste, notamment celles du cinéaste d’animation Jan Svankmajer.

 

LA MÉTAMORPHOSE DE LA VIE ORDINAIRE

Artiste : Valérie Raoult, cinéaste

Collège : Françoise Dolto, Villepinte

La cinéaste Valérie Raoult proposera aux élèves de détourner des objets de leurs fonctions initiales pour leur donner d’autres fonctions symboliques allant jusqu’à la personnification. Ils adapteront librement le conte de La Belle et la Bête en mêlant séquences en prise de vue réelle et séquences animées où les objets et lieux ordinaires se métamorphoseront pour servir l’écriture de récits extraordinaires. Le parcours invitera à la réinvention du quotidien, à l’exploration de l’imaginaire à partir de l’environnement immédiat des élèves et à l’utilisation des outils cinématographiques comme instruments de magie lumineuse.

 

LA VILLE COMME UN ESPACE POÉTIQUE

Artiste : Paula Ortiz, cinéaste documentariste

Collège : Pablo Neruda, Pierrefitte-sur-Seine

Inspirés par Derrière les murs dans la rue de Louis Aragon, les élèves s’approprieront l’espace qu’ils habitent grâce à une réflexion cinématographique, géographique et littéraire sur la ville de Pierrefitte-sur-Seine. Ils réaliseront des plans de la ville en appliquant les notions de surcadrage, composition, mouvement à l’intérieur du cadre ou encore travelling. Ils créeront des ambiances sonores faisant appel à un hors-champ, guidés par un sound-designer. Le film, pensé comme une déambulation dans la ville, constituera une trace de l’imaginaire, des références culturelles et personnelles des collégiens.

 

LE MONTAGE : ÉCRITURE, MANIPULATION ET POINTS DE VUE

Artiste : Xavier Barthélémy, monteur

Collège : Collège Louis Pasteur, Villemomble

Xavier Barthémély s’est donné pour mission d’utiliser ses connaissances et son expérience dans la manipulation des images pour aiguiser les facultés d’analyse des élèves, au service d’un éveil à la subjectivité des images. C’est à partir de cette analyse d’images que les élèves écriront un scénario et en donneront deux interprétations différentes, en travaillant collectivement sur le montage.

 

LE PLAN FIXE DOCUMENTAIRE

Artiste : Nicolas Giuliani, cinéaste documentariste

Collège : Pierre Degeyter, Saint-Denis

Avec une « pocket caméra », chaque élève sera amené à penser, préparer et filmer en plan fixe un moment bien précis de sa journée. Mis bout à bout, tous ces plans fixes (un par élève donc entre 20 et 25 plans au final) formeront un chapelet d'unités narratives, fictives ou documentaires, qui formeront ensemble le récit d’une journée d'un élève. Cette forme d'atelier, à la fois contraignante et ouverte à l'expérimentation individuelle, intéresse le cinéaste parce que l'atelier permet d'y actualiser des techniques primitives du cinéma.

 

UN SUPER HÉROS DANS MON COLLEGE

Artiste : Angèle Gohaud, cinéaste

Collège : Irène et Frédéric Joliot Curie, Pantin

La cinéaste Angèle Gohaud propose aux élèves de la classe ULIS d’utiliser le potentiel du cinéma pour réenchanter leur quotidien en partant de deux films de genres différents : un western et un film de super héros. Le temps de l’atelier, les collégiens pourront s’accorder des super pouvoir et transformer la cour de récré en désert pour un duel et la salle de classe comme un lieu d’exploit. Ils pourront choisir d’être acteurs et/ou d’être derrière la caméra pour participer à la création du film en tant que technicien.

 


 

... SUIVRE L'ACTUALITÉ DES PARCOURS