LA PRATIQUE DU CINÉMA COMME OUTIL DE FORMATION DES PROFESSIONNELS DE LA PETITE ENFANCE


> Hisse et Oh ! Artistes et petite enfance
> Les Observatoires Documentaires de l’association Périphérie 


Des Observatoires Documentaires à la résidence de cinéastes en crèche, comment le cinéma questionne-t-il les pratiques et enrichit-il les approches des communautés éducatives et sociales qui accompagnent la petite enfance au quotidien ? Deux projets menés par des artistes et cinéastes dans des crèches collectives départementales ont été présentés : Hisse et Oh ! Artistes et petite enfance et les Observatoires Documentaires.

 

HISSE ET OH ! ARTISTES ET PETITE ENFANCE

Patricia Domeau, directrice de la crèche départementale Lucie Aubrac de Bondy 
Julie Rembauville et Nicolas Bianco-Levrin, auteurs et cinéastes

Hisse et Oh ! Artistes et petite enfance est un programme de résidences d’artistes dans les crèches départementales de Seine-Saint-Denis, porté par le service de la culture et le service des crèches du Département. Initié en 2009 dans le domaine du spectacle vivant, ce dispositif s’est ouvert aux auteurs-illustrateurs de livres pour enfants à partir de 2012, et au domaine du cinéma d’animation et de l’image animée en 2015.

Patricia Domeau présente ce projet en le situant dans la continuité de ceux déjà développés au sein de l’établissement, nés de la volonté de faire participer les familles à la vie de la crèche. Une première action autour de la lecture et des chansons avait été imaginée et, dans cette perspective, la crèche avait accueilli Laurent Dupont, acteur et metteur en scène, pour une résidence artistique autour d’un poème.

La présence d’artistes au sein d’une crèche peut sembler insolite, mais elle s’inscrit dans le projet culturel départemental, autour des objectifs suivants :

  • développer l’éveil culturel des enfants,
  • faire participer les familles,
  • contribuer au bien-être au travail et impliquer les équipes.

 

La résidence de Julie Rembauville et Nicolas Bianco-Levrin, auteurs et cinéastes, a débuté par une présentation de l’outil « animation » et de ses potentiels : « ce qui est bien avec cet outil, c’est que tout est possible. La seule contrainte est la limite de temps ».  Les deux artistes ont cherché à laisser sa place au ressenti, au farfelu, sans envisager de s’engager dans une approche documentaire. L’équipe, jusqu’au cuisiner, s’est ainsi appropriée le projet en jouant avec certaines contraintes propres au travail en crèche, comme le fait de devoir prendre la température des aliments, et les a intégrées dans le film. Cela permettait aussi de montrer aux familles le travail qui est effectué dans l’établissement sous un angle ludique. 

 

 

 Découvrez la vidéo du film réalisé dans le cadre de la résidence :  

https://vimeo.com/204870904/2d359db7fd

Concrètement, l’écriture et le tournage du film ont eu lieu pendant le temps de pause de midi, sur des plages de 45 minutes, habituellement dédiées aux réunions. Tous les employés ont été associés au projet et un planning a été établi pour établir un roulement : les membres de l’équipe s’inscrivaient selon leurs envies et leurs disponibilités.

La part d’improvisation a été minime mais réelle. L’équipe a aussi beaucoup travaillé sur la partie sonore qui est souvent laissée de côté : la crèche est un lieu où il y a forcément des sons associés. A la fin de chaque journée de tournage, ce qui avait été filmé était visionné. En revanche, le montage s’est fait indépendamment de l’équipe car c’est une étape qui nécessite du matériel.

Le film achevé a été vu pour la première fois dans le bureau de Patricia Domeau. Ce moment s’est avéré particulièrement émouvant. Mais la dynamique du projet s’est poursuivie au-delà du tournage : il y a eu un véritable engouement à présenter ensuite le film aux familles et aux partenaires, et à installer au sein de la crèche une exposition de photos prises pendant le tournage.

Lorsqu’on est pris dans le quotidien du travail, dans un temps limité et des lieux contraints, il est indispensable, pour ouvrir un espace de création partagé, de maintenir un cap, la concentration et l’inspiration. Pour ce faire, la nécessaire rigueur a été apportée, sans être imposée, par les artistes. C’est un ajustement qui s’opère avec un grand respect mutuel.

In fine, ce projet a été conçu pour les parents car ils ont été appelés à voir le film, pour les enfants qui ont vu les photos dans le couloir, mais aussi pour les professionnels qui, en y participant, ont réussi à se fédérer, au-delà des soucis quotidiens inhérents au fonctionnement d’une crèche.

 

 

LES OBSERVATOIRES DOCUMENTAIRES DE L’ASSOCIATION PÉRIPHÉRIE

Philippe Troyon, directeur-adjoint de Périphérie
Myriam Lelion, responsable d’un établissement d’accueil collectif Petite enfance de la Ville de Paris (19ème)

Un Observatoire Documentaire est un temps de pause, une rupture pendant le temps du travail. Dans le cadre professionnel, les personnels sont initiés au cinéma documentaire pour filmer leurs gestes et leurs paroles. L’ensemble des séquences filmées permet d’aboutir, soit à un film documentaire, soit à un corpus d’images, de sons et d’écrits, avec un statut de droit privé, consultable à la demande, diffusable en des lieux « décalés » ou de cinéma, ou encore sur une plateforme sécurisée mise en réseau au service de chercheurs, de groupes de réflexion et de tous les publics.

Selon Philippe Troyon, les Observatoires Documentaires permettent de « questionner quelle place on a, où que l’on soit ». Utiliser le cinéma documentaire pour aborder ces enjeux est à ses yeux particulièrement pertinent dans la mesure où, au cinéma, on se pose toujours la question de la place de la caméra. Filmer non seulement des espaces de travail, mais aussi la parole, permet aux professionnels de se réinterroger sur leurs pratiques. Souvent les personnes ne savent même plus pourquoi elles sont là. La réalisation de leurs portraits filmés les pousse à s’interroger sur leur existence. En ce sens, les Observatoires Documentaires dépassent le strict cadre du travail.

Dix Observatoires Documentaires ont été réalisés à ce jour. A chaque fois, les lieux investis (crèches, lieux d’accueil pour des personnes en difficulté, Institut Curie…) placent l’humain au centre de leurs activités. Il s’agit de s’interroger sur la façon d’y utiliser l’image. Au travail, on oscille parfois entre le mimétisme et l’oubli. Le cinéma sert de révélateur pour nous dire qu’on est là ; le film n’est pas un but, c’est une étape.

 Écoutez Philippe Troyon parler de la démarche des Observatoires Documentaires : 

Myriam Lelion a accueilli le projet des Observatoires Documentaires à deux reprises au sein de la crèche parisienne dont elle est la directrice. Le premier Observatoire Documentaire portait sur la question du sommeil, le second sur celle de l’image. Avant toute chose, elle a dû présenter ce projet de formation atypique à la Mairie de Paris : comment défendre sa valeur ajoutée ? Permettre à des professionnels de s’interroger sur leurs pratiques allait-il avoir un impact sur la qualité de l’accueil des enfants ? L’occasion s’est finalement présentée de rattacher l’Observatoire Documentaire à un projet de développement durable sur l’humain proposé pour les personnels de crèches.

L’équipe de la crèche a été formée pendant une semaine au cinéma documentaire dont la démarche singulière a permis que les professionnels acceptent de livrer une part de leur intimité. Le second Observatoire Documentaire qui a eu lieu dans la crèche a en particulier permis aux professionnels de reconnaître leur individualité et de prendre conscience qu’ils étaient pleinement acteurs de leur travail. La cuisinière, par exemple, avait décidé de tourner un film à partir d’un scénario qu’elle a modifié au dernier moment. Cette femme, qui a des difficultés physiques, a dû demander un poste aménagé qui aurait dû l’amener à ne plus travailler en cuisine. Elle a pourtant choisi de se filmer malgré tout dans la cuisine, lieu de travail qu’elle s’apprêtait à quitter, pour s’affirmer en tant que cuisinière, une pratique qui constitue, à ses yeux, une part de son identité. Suite à cela, ses collègues ont décidé de s’organiser pour lui permettre de conserver cette activité.

L’étape la plus importante du parcours reste le moment où les professionnels revoient les films ensemble. Elle leur permet de se redécouvrir eux-mêmes et de voir l’autre. C’est souvent à ce moment-là que les choses se déclenchent sur leur lieu de travail car, au travail, les personnes ne se connaissent pas tant que cela.

Pour les équipes, un Observatoire Documentaire est un outil de formation. Mettre des mots sur ces images a permis au personnel de la crèche de prendre conscience d’ajustements corporels nécessaires auprès des enfants et des parents (postures, position dans l’espace, langage non verbal…). Les salariés sont aussi davantage en position d’expliquer aux parents ce qu’ils font réellement. La pratique de l’Observatoire Documentaire a beaucoup aidé à renforcer leur estime d’eux-mêmes : l’erreur fait avancer et le travail n’est pas quelque chose d’exact, de répétitif. Les Observatoires Documentaires n’invitent pas à porter de jugement, il ne s’agit pas d’évaluer les professionnels. L’enjeu est de faire avancer les réflexions collectives.

 Regardez les bandes-annonces des différents Observatoires Documentaires :  

http://www.imaginem.fr/observatoires-documentaires/creche-lepage-gp1-paris/bande-annonce-o-d-creche-lepage

La question de la diffusion des films

Le Département de la Seine-Saint-Denis a prévu d’éditer les films, ce qui permettra de les diffuser légalement. Jusqu’à présent, certains films étaient montrés à des professionnels, mais en dehors de tout cadre juridique. La diffusion de tels films nécessite en tout état de cause un accompagnement et la présence de professionnels impliqués dans ce projet.

  • En savoir + : 

Périphérie 
Imaginem

 

Discussion animée par Agnès Hollard, conteuse et formatrice.

 


LIRE LA SUITE DE LA RESTITUTION DU MERCREDI 16 NOVEMBRE :

L’ÉVEIL CULTUREL DES TOUT-PETITS : LE STATUT ET LA PLACE DE L’ADULTE