COLLÈGE IMAGE

Le collège image, dispositif de labellisation structurant le Projet Image 2021/2022

//// Action menée par Cinémas 93 et les associations partenaires du Projet image (Citoyenneté JeunesseCôté court et Périphérie) au collège Pierre de Ronsard, à Tremblay-en-France.

Le collège image s’inscrit dans l’idée d’un parcours d’éducation artistique et culturelle, avec l’idée de proposer aux élèves du collège d’aller au-delà de la découverte de films dans le cadre de Collège au cinéma ou d’ateliers en classe de 2 heures, avec tout un volet d’actions sur les temps scolaire, périscolaire et possiblement extrascolaire. Ce dispositif est une expérimentation. Si elle se révélait concluante, l’idée pourrait être de labelliser d'autres collèges.


/// Les actions en cours

 

L’art et la culture comme facteur d’épanouissement et de réussite des élèves. Ce label doit permettre l’ouverture culturelle et artistique des élèves et le développement des compétences du socle commun. Les enseignants impliqués dans le projet et les associations ont retenu trois axes d’intervention 

  • Sensibiliser pour

Développer l’esprit critique des élèves

Les inciter à développer un rapport actif à l’image

Promouvoir les voix professionnelles liées aux métier de l’image

  • Elaborer et créer pour

Se repérer dans les étapes de la conception et de la réalisation d’un projet

Gagner en autonomie

Elaborer sa pensée à travers la pratique artistique

  • Partager pour

Avoir une meilleure image de soi

Mieux s’exprimer grâce à la pratique artistique

 

En 2021-2022, l’accompagnement des associations porte sur :

  • La sensibilisation de l'ensemble des classes de 6e: chaque classe de ce niveau bénéficie de projections-rencontres et/ou d'ateliers en classe
  • La création d’un « Journal des images », webzine du collège et un projet « Petits reporters », pour les classes de 4e
  • L’accompagnement de la classe « image » (5eA) avec la mise en place d'un parcours impliquant les élèves dans des démarches de création et d'analyse

 

 

LIEN VERS LE PADLET DU COLLEGE


/// Les actions passées

 

> Le projet d’éducation aux regards Luc Choquer

En 1995, le photographe Luc Choquer avait entamé l’ambitieux projet de portraiturer une partie de la jeunesse française d’ici à la fin du XXème siècle. Fragments d’un futur a rassemblé 29 portraits de jeunes gens de la France entière, dont un petit nombre de Seine-Saint-Denis. Cette série de photos intitulée Fragments d’un futur appartient à la Collection départementale d’art contemporain de la Seine-Saint-Denis.

 À travers ce premier projet, il s'agit de confronter les regards des adolescents du collège Pierre de Ronsard aux portraits des jeunes Séquano-Dionysiens photographiés vingt-cinq ans plus tôt par Luc Choquer. Deux classes du collège vont proposer une réponse artistique à l’œuvre de Choquer et visiteront de l’exposition Fragments d’un futur :

  • un parcours (20 heures) mené par Sophie Triniac, réalisatrice et photographe, en collaboration avec Citoyenneté jeunesse, pour un travail de portraits croisés (portraits et autoportraits) pour une première classe. Les élèves participeront également à un atelier d’initiation à l’interview documentaire et au tournage de la rencontre avec Luc Choquer, en partenariat avec Périphérie (10 heures).
  • un parcours (20 heures) mené par Ana Maria Gomès, cinéaste, en collaboration avec Cinémas 93, pour un travail autour du roman-photo avec une seconde classe. Les élèves assisteront également à une séance de préparation à la rencontre, en partenariat avec Périphérie, et rencontreront Luc Choquer (5 heures). Ils mèneront aussi un atelier de programmation en partenariat avec Côté court (10 heures).

 

Ces deux parcours seront ponctués de sorties culturelles pouvant nourrir les regards croisés des deux classes (projections et rencontres). Des liens seront tissés entre les deux classes et les deux parcours artistiques sous la forme d'une correspondance, tout au long du projet. Elles se retrouveront sur le temps fort de la restitution, où seront présentés les travaux réalisés par les élèves des deux classes avec la complicité de Sophie Triniac et Ana Maria Gomes, le portrait filmé de Luc Choquer encadré par Périphérie pour la première classe et le programme de courts métrages composé par la seconde classe lors de l'atelier de programmation de Côté Court.


> Le projet Super-nous, Super-moi

Cinémas 93 et Citoyenneté Jeunesse proposent au printemps 2021 un parcours artistique et culturel aux élèves dits décrocheurs du Module Relai, groupe réduit d'élèves en difficultés accompagnés de près pendant six semaines consécutives par quatre enseignants du collège.

Le projet Super-moi Super-nous propose de travailler, entre le 30 mars et le 20 mai 2021, autour de la question de la transformation, du héros et du super-héros. Choisir cette thématique, c’est valoriser les élèves, en leur proposant un pas de côté dans un univers qu’ils connaissent bien où les super-pouvoirs ne sont pas l’apanage de héros parfaits mais souvent fragiles et ordinaires. 

Le projet se construit autour de temps dédiés au faire et à la réflexion, avec la tenue d’un atelier de réalisation d'un court métrage avec la réalisatrice Angèle Gohaud (16h) et la comédienne Clotilde Maurin (6h) du collectif Hip&Hop, de séances pour alimenter la réflexion (interventions d’un philosophe autour de la construction de soi et des relations aux autres et intervention d’une conférencière d'histoire des arts pour aborder les figures du super-héros et de la super-héroïne) et de sorties culturelles (en suspens pour l'instant en raison de la situation sanitaire actuelle).


> Les ateliers Mashup / école ouverte

Le réalisateur et intervenant Wilfried Jude propose d’animer des ateliers d’initiation au montage audiovisuel avec la Mashup Box, outil ludique et pédagogique pendant les vacances scolaires. 

En vue des ateliers Mashup, les associations du Projet Image ont dans l’idée de créer un corpus d’images et de sons émanant du fonds de chaque structure, représentatif de la diversité de leurs actions. Ce corpus de 40 éléments, regroupés autour des thématiques de la jeunesse, du territoire, de la Seine-Saint-Denis, de l’environnement immédiat et de la mutation, constituera une base de travail pour les ateliers Mashup.